Le mur invisible – Marlen Haushofer

Le mur m’a obligée à commencer une vie complètement nouvelle mais ce qui me touche, ce sont toujours les mêmes choses qu’avant : la naissance, la mort, les saisons, la croissance et le déclin.

Le mur invisible, Marlen Haushofer
Editions Babel, 1992
Editions Actes Sud, 1988
Traduction de l’allemand : Liselotte Bodo et Jacqueline Chambon

Présentation édition :

Une catastrophe sans doute planétaire mais dont l’origine chimique ou nucléaire restera indéfinie va bouleverser l’existence d’une femme ordinaire. Elle se retrouve soudain séparée du reste du monde par un mur invisible au-delà duquel toute vie semble s’être pétrifiée durant la nuit. Le roman le plus célèbre et le plus émouvant de Marlen Haushofer.

***

Coup de cœur !

***

Un matin, dans la forêt autrichienne, elle se réveille dans le chalet où elle a passé la nuit. Seule. Ses amis ne sont pas rentrés de leur soirée. Etonnée, elle explore les environs et se rend compte qu’elle est séparée du reste du monde par un mur invisible. Derrière ce mur, tout semble s’être arrêté en un instant, le temps est figé. Les animaux sont morts, comme pétrifiés. La vie semble continuer seulement à l’intérieur de cette forteresse invisible. Elle commence à écrire un long journal, pour se souvenir, ne pas se perdre dans le temps.

Au cours de l’hiver dernier quelques jours m’ont échappé. Je ne pourrais pas dire non plus quel jour de la semaine c’est. Mais je pense que cela n’a pas beaucoup d’importance. Je n’ai à ma disposition que quelques rares indications, car il ne m’était jamais venu à l’esprit d’écrire ce récit et il est à craindre que dans mon souvenir bien des choses ne se présentent autrement que je les ai vécues.

Pour survivre, commence un long apprentissage. Elle se dépasse, découvre qu’elle est capable de bien plus que ce qu’elle pensait. La nature qui est un personnage de ce roman l’accompagne à chaque instant, parfois alliée de sa survie, parfois obstacle.

Toujours accompagnée de Lynx le chien, elle s’organise, prend des nouvelles habitudes. Elle, la citadine, elle apprend à vivre autrement, à subsister, à observer la nature. Elle accueille une vache, des chats, bricole, construit, déconstruit, plante, expérimente, fait des réserves, anticipe.

Un jour, je ne serai plus là et plus personne ne fauchera le pré, alors le sous-bois gagnera du terrain puis la forêt s’avancera jusqu’au mur en reconquérant le sol que l’homme lui avait volé. Quand mes pensées s’embrouillent, c’est comme si la forêt avait commencé à allonger en moi ses racines pour penser avec mon cerveau ses vieilles et éternelles pensées.

J’ai tourné les pages de ce roman, captivée malgré la lenteur de la vie qui s’y écoule. On perd le fil du temps, de sa lecture mais également des repères du roman. On ne sait plus depuis combien de temps on lit, depuis combien de temps le mur est apparu. D’ailleurs le sait-elle elle-même notre héroïne ?

Ce rythme contemplatif, lent est propice au questionnement, sur la nature et l’incidence du comportement humain, mais aussi sur soi-même. Je n’ai pas pu m’empêcher de me projeter à la place de cette femme. Aurais-je eu la même capacité de réaction et d’organisation ? Aurais-je paniqué ? Aurais-je supporté cette solitude de chaque instant, ou justement, et finalement aurais-je apprécié être seule avec moi-même et quelques animaux dans ce décor de nature ?

Je crois que le temps est immobile et que je me meus en lui parfois lentement, parfois à une vitesse foudroyante.

La plume de Marlen Haushofer est addictive. Quand bien même il ne se passe pas grand chose, on est emporté par l’histoire, on n’a pas envie de refermer le livre avant d’en savoir la fin et même on aimerait que cela dure plus longtemps, à ce rythme de la nature, reposant et entraînant à la fois.

En bref, Le mur invisible c’est un roman d’anticipation fascinant. Marlen Haushofer a imaginé un monde d’après où la solitude est reine, où la seule façon de survivre est le dépassement de soi. C’est aussi un roman d’apprentissage, mais un apprentissage à l’âge adulte dans un environnement qui n’est pas familier et où on n’a pas de repères temporels. Un roman de l’attente et de l’espoir aussi.

Absolument captivant, un vrai coup de coeur ! J’aime tellement ce genre de « science-fiction » !

Tous les contenus, photos et textes de ce blog (et des réseaux sociaux associés) m’appartiennent, merci de respecter mon travail.

5 commentaires sur « Le mur invisible – Marlen Haushofer »

Répondre à Mumu dans le bocage Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s