L’amie prodigieuse, tome 1 – Elena Ferrante

[…] elle savait être autonome alors que moi j’avais besoin d’elle ; elle avait un monde à elle où je ne pouvais pas pénétrer.

L’amie prodigieuse, tome 1 – Elena Ferrante
Editions Folio, 2016
Editions Gallimard, 2014
Traduction de l’italien : Esla Damien

Présentation éditeur :

Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.
Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l’adolescence, à l’aube de l’âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.
Formidable voyage dans Naples et dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu’au plus profond de leur âme.

***

Qui n’a pas entendu parlé de l’Amie prodigieuse ? En série ou en roman, il est difficile de passer à côté.

Naples, fin des années 50, dans un quartier populaire. Sur les bancs de l’école, Elena et Lila deviennent amies, et assez vite inséparables. Les deux fillettes, pourtant très différentes, vont s’attacher l’une à l’autre dès les premières années.

Elle s’arrêta pour m’attendre et, quand je la rejoignis, me donna la main. Ce geste changea tout entre nous, et pour toujours.

Et tandis que l’une a la chance de pouvoir continuer à étudier au collège, l’autre doit déjà entrer dans le monde du travail et dans le monde des adultes. Mais depuis le début de leur amitié, entre Lila et Elena, il existe aussi un rapport de force et de soumission/domination presque constant. Tour à tour, jalouses l’une de l’autre, parfois méchantes l’une envers l’autre, souvent complices aussi, leur amitié est unique et fascinante.

Je pensai à Lila et moi, à cette capacité que nous avions toutes deux quand nous étions ensemble – seulement ensemble – de nous approprier la totalité des couleurs, des bruits, des choses et des personnes, de nous les raconter et de leur donner de la force.

Elena et Lila, deux personnalités divergentes et complémentaires. Toujours entre douceur et jalousie, sincérité et incompréhension. Tout au long du roman, on ressent cette forte amitié qui va parfois jusqu’à la haine entre les deux jeunes filles. L’amitié heureuse, et douloureuse.

C’était comme si, par quelque vilain tour de magie, la joie ou la douleur de l’une impliquaient la douleur ou la joie de l’autre.

Dès les premières pages, on plonge dans le quartier populaire où habitent les deux héroïnes. Ce premier tome raconte leur enfance et leur adolescence. On plonge avec elles dans le Naples défavorisé où les tensions et la rivalité entre clans ponctuent la vie quotidienne. Il faut du caractère ou de la distance pour ne pas se laisser enfoncer.

Était-il donc possible que seul notre quartier soit saturé de tensions et de violences, alors que le reste de la ville était radieux et bienveillant ?

Par ailleurs, la plume d’Elena Ferrante est douce et entraînante. J’ai tout de suite été transportée à Naples dans la vie de Lila et Elena. Sans doute aussi, parce que, chose que je ne fais jamais ou rarement, j’ai regardé la série avant de lire le livre. J’appréhendais alors beaucoup d’être déçue tant j’avais aimé l’adaptation. Mais cela a été l’inverse. La voix de la narratrice de la série résonnait à chaque page, je visualisais tous les décors : c’était une expérience très agréable.

Ce premier tome c’est l’enfance et l’adolescence des deux amies, deux itinéraires séparés mais aux nombreux croisements. C’est le tome de l’émancipation des deux jeunes filles, à un rythme différent et dans une voie différente. Les corps changent, leur vie évolue. Mais finalement elles ne sont jamais loin l’une de l’autre.

Nous aimions nous sentir au cœur de l’action ensemble, toutes les deux, pour la mener à sa fin.

L’amie prodigieuse c’est l’histoire d’une amitié passionnelle malgré les obstacles et les directions prises par chacune.

En bref, je vous recommande les yeux fermés de partir en voyage à Naples en compagnie d’Elena et de Lila, autant en roman qu’en série. C’est tellement dépaysant et leur amitié est fascinante ! L’amie prodigieuse ou l’histoire d’une amitié passionnelle très particulière, intense et complexe. A lire !

Tous les contenus, photos et textes de ce blog (et des réseaux sociaux associés) m’appartiennent, merci de respecter mon travail.

5 commentaires sur « L’amie prodigieuse, tome 1 – Elena Ferrante »

  1. j’ai beaucoup aimé le T1 pour le T2 j’ai aimé la version série car le livre m’avait déçue.
    regain d’intérêt avec le T3 et très déçue par le dernier
    je trouve que l’amitié est de plus en plus toxique et j’ai vraiment pris Lila en grippe 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre à ellemlire Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s