L’ultime mystère de Paris – Bernard Prou

Pendant qu’il fléchissait, un déclic se fit entendre et le second plat de la couverture du Mutus Liber s’entrouvrit. Léonard en extirpa une feuille de papier calque sur laquelle était dessiné un plan, aussi muet que l’ouvrage dont il était issu.

L'ultime mystère de Paris.jpg

L’ultime mystère de Paris, Bernard Prou
Editions Anne Carrière, 2019

Présentation éditeur :

En 1960, au lycée Bugeaud d’Alger, pendant les événements dramatiques qui marquent la fin de la guerre d’indépendance de l’Algérie, s’ébauche une amitié sans faille entre trois élèves, un surveillant et un professeur de l’établissement : Stefano Buenvenutto, Oreste Bramard et Michel Garousset, lycéens ; Philippe Courtillac, professeur de physique ; Ernest Bourbaki, surveillant et, accessoirement, membre de l’OAS.

Vingt ans plus tard, à Paris, les cinq hommes créent un cercle de recherches dédié à l’étude et à la conservation d’inestimables archives historiques disparues depuis plus de mille ans. Ces archives, conservées à l’origine dans le sanctuaire de Qadisha, au nord de l’actuel Liban, remontent aux premiers siècles de notre ère. Elles se composent de textes manuscrits et d’une relique mythique : l’authentique tête, suppliciée et embaumée, de saint Jean-Baptiste. Pour les conserver à l’abri des convoitises, les cinq amis ont aménagé une crypte, dans les anciennes carrières situées sous le cimetière du Montparnasse. Mais l’assassinat d’un de leurs proches, puis celui de Michel Garousset, au beau milieu du cimetière, sonnent comme un signal d’alarme. Gustave Mugniard, le lieutenant de police d’abord chargé de l’enquête, est mis d’office à la retraite. Il offre alors ses services aux membres survivants du « cercle Qadisha ».

***

Tu te souviens de ma promenade dans les souterrains parisiens en compagnie de Bernard Prou ?

Ce moment insolite et indescriptible m’avait donné envie de lire le livre très vite. Ce que j’ai fait ! C’est mon retour de lecture qui aura été plus long à venir… Je vous rassure celui-ci n’est pas négatif, c’est plutôt que je tourne au ralenti depuis quelques mois, j’ai du mal à suivre le rythme si tant est que l’on puisse dire que j’avais un rythme de publication auparavant 😉

Après ma fraîche descente dans les carrières de Paris, j’étais complètement dans l’ambiance pour ouvrir l’ultime mystère de Paris et me plonger dans l’énigme ésotérique imaginée par Bernard Prou.

La température était fraîche. Il avait lu quelque part qu’été comme hiver les carrières de Paris restaient à la température constante de treize degrés Celsius.

De meurtres en révélations autour de l’Histoire, on voyage à Paris, mais également au Liban et en Algérie, car c’est là-bas que tout a commencé. Ernest, Ludovic, Oreste, Léonard, Mélinda sont les protagonistes de cette intrigue haute en rebondissements et en découvertes – petit plus, au détour d’un couloir souterrain, on recroise le guide et conférencier Gilles Thomas, un joli clin d’œil (cf. billet sur la visite des carrières).

J’ai tout de suite été embarquée par la fine bande d’amis (franc-maçons pour certains) qui est au centre du roman. Ensemble, ils constituent un groupe soudé dont les membres érudits sont complémentaires. On ressent de la complicité, du savoir, de l’amitié. Le tout mélangé donne un cocktail plaisant et intéressant.

Mais le plus captivant, hormis l’enquête sur les meurtres abominables, c’est sans aucun doute, les lieux et décors du roman. On descend sous Paris, on y découvre une crypte aménagée et renfermant un trésor. Tous ces lieux mystérieux et emplis d’histoire rendent l’intrigue passionnante. C’est sombre, profond et secret, l’énigme s’épaissit si on ne sait pas où l’on va et où l’on est.

Privé de repères, il s’arrêta pour réfléchir et se calmer. Il décida de revenir sur ses pas afin de retrouver la galerie par laquelle il était arrivé.

[…]

Assis en haut des marches, il porta le rayon de la lampe autour de lui. Un théâtre de spectres s’anima sous ses yeux, puis la lampe expira d’un coup. Il fut plongé dans le silence et le noir absolus.

L’ultime mystère de Paris, c’est un polar, mais aussi un roman historique. Les deux genres se mêlent pour une enquête passionnante autour de secrets de l’Histoire passée. Cela rend l’intrigue vivante et entraînante. On tourne les pages, on plonge dans l’Histoire en même temps que dans les sous-sols parisiens, un vrai plaisir de lecture.

Un très bon roman historique à suspense qui saura vous séduire. D’autant plus je pense si vous connaissez un peu Paris et son histoire. Pour ma part je connais très bien les quartiers et rues évoqués, et la balade insolite sous les pieds des parisiens a vraiment contribué à rendre passionnant ce roman !

En bref, un savant mélange d’histoire, d’ésotérisme et d’alchimie dans un décor singulier que sont les carrières parisiennes !

Alors, prêt.e à découvrir l’Ultime mystère de Paris ? Et à t’égarer dans les catacombes parisiennes ?

 

3 commentaires sur « L’ultime mystère de Paris – Bernard Prou »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s