Un coin d’azur pour deux – Emma Sternberg

Je suis quelqu’un de fidèle, pas une personne capable de changer de vie sur un simple caprice. Et y a-t-il plus grand caprice que de postuler pour un boulot d’assistante d’une écrivaine ?

Un coin d'Azur pour deuxUn coin d’azur pour deux, Emma Sternberg
Editions de l’Archipel, 2019
Traduction (de l’allemand) : Jean-Marie Argelès

Présentation éditeur :

UNE ÎLE DE RÊVE,

DEUX CŒURS EN SOUFFRANCE, ET UN AMOUR INACCOMPLI… 

« Un été à Capri ? Recrute assistante pour travaux de documentation et de lecture. »

Lorsqu’elle tombe sur cette annonce, Isa saute sur l’occasion. Qu’a-t-elle a perdre ? Alex l’a quittée et son nouveau job lui fait amèrement regretter la librairie ou elle travaillait.

À son arrivée en Italie, Isa découvre qu’elle a été engagée par la célèbre romancière Mitzi Hauptmann qui, a plus de 70 ans, a besoin d’aide pour rédiger ses mémoires.

En écoutant Mitzi lui raconter sa vie dans sa superbe villa surplombant l’azur, la jeune femme comprend bien vite qu’elle est hantée par un regret.

Il y a bien longtemps, elle a laissé filer l’amour de sa vie. Et s’il n’était pas trop tard ?

***

C’est avec beaucoup de retard que je vous parle enfin d’Un coin d’azur pour deux. Je l’ai lu cet été, c’était d’ailleurs une lecture parfaite pour la saison.

Souvenez-vous, l’année dernière, j’avais adoré Cinq ami(e)s au soleil J’attendais donc avec impatience le nouveau roman d’Emma Sternberg. Cette fois-ci, l’auteure nous emmène sur la charmante île de Capri.

En Allemagne, Isa se sent perdue et seule après que son fiancé l’ait quittée…

J’ai l’impression que je devrais me défendre contre quelque chose, m’en protéger, alors que j’ai juste envie de me terrer dans mon trou.

Alors quand elle tombe sur une petite annonce dans le journal pour un emploi saisonnier en Italie, elle n’hésite pas très longtemps et elle envoie sa candidature.

A son arrivée sur l’île, elle découvre que sa patronne sera la célèbre romancière Mitzi Hauptmann. Cette dernière, âgée de plus de soixante-dix ans a pris la décision de rédiger ses mémoires et elle a besoin d’aide pour ordonner ses souvenirs.

Je vais apprendre bien des choses sur son compte, je le pressens. J’éprouve d’un coup une immense fierté de me trouver ici, devant elle. Je serai aux côtés de cette vieille dame quand elle entreprendra son long voyage au travers de son existence. Quelle aventure !

A Capri, Isa va pouvoir déconnecter, prendre du recul sur sa vie, faire de nouvelles rencontres et remonter le passé de Mitzi. Cette dernière va se dévoiler, lui raconter son grand amour. Isa va aussi découvrir l’amour à l’italienne. Un nouveau départ pour toutes les deux.

La Terre continue de tourner, sans se soucier un instant de ce que je décide, de ce que je pense, fais et ressens, ou de ce que je ne fais pas. Et, subitement, cette idée ne me chagrine plus. Je me sens le cœur léger. Je scrute du regard les visages des gens qui se bousculent autour de moi pour rejoindre leur place et j’entends avec bonheur mon cœur battre de joie et d’angoisse, s’accélérer dans ma poitrine.

Isa est la narratrice du roman. C’est une femme intelligente, mais qui n’a pas toujours de chance. Elle apprend beaucoup de ses erreurs et n’hésite pas à se remettre en question. Elle s’adapte aussi facilement aux situations, et si son expérience la rend méfiante sur certains points, elle sait aussi se laisser aller quand le besoin s’en fait sortit. On la sent grandir et s’apaiser au fil des chapitres. C’est un personnage extrêmement attachant.

Le propre des états d’exception, c’est qu’ils reviennent à la normalité plus vite qu’on ne le pense – on peut s’habituer aux températures extrêmes, à la guerre, à la terreur et, bien sûr, au fait qu’on est désespéré. La raison en est probablement fort simple : on est obligé de pisser même quand, ailleurs, des gens meurent. Le chagrin d’amour n’enlève rien à la nécessité de manger et de boire. Et on aura beau savoir que le monde sombrera demain, on se lavera probablement les dents avant d’aller se coucher. On ne peut s’empêcher de respirer quand bien même on le voudrait. Peu importent les événements autour de soi, on n’a d’autre choix que de vivre.

A l’inverse, au premier abord, Mitzi semble mystérieuse et un peu aigrie. Mais au fil des entretiens avec Isa, on va apprendre à la connaître. En explorant avec elle ses souvenirs, on va également s’attacher à cette femme qui a vécu une vie tumultueuse. La vieille dame a connu une enfance très particulière, et elle cache au fond d’elle un grand secret.

Si on retrouve le pep’s de Cinq ami(e)s au soleil, Un coin d’azur pour deux est un roman un peu plus feel-good , un peu plus cliché aussi. C’est ce qui a fait que j’ai moins aimé cette histoire que la précédente. Mais si j’ai moins aimé le côté romance de ce nouveau roman, j’en ai quand même apprécié le côté enquête mais surtout les décors. J’ai voyagé jusqu’à Capri et la méditerranée. C’était frais, agréable et dépaysant.

Car ce roman est rythmé et plein d’actions. On y retrouve la plume rafraîchissante et dynamique d’Emma Sternberg. Si elle récidive une troisième fois, elle sera mon rendez-vous lecture incontournable estivale !

En bref, un coin d’azur pour deux est un vrai moment de détente. Une lecture délassante, parfaite pour les vacances ou pour s’évader en restant sur son canapé !

un coin d'azur pour deux.jpg

Un commentaire sur « Un coin d’azur pour deux – Emma Sternberg »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s