La chambre des murmures – Dean Koontz

Tu es morte… Ils s’empresseront de signaler ta présence dans la chambre des murmures. Elle n’avait pas la moindre idée de ce dont lui avait parlé Randall Larkin. La chambre des murmures… Curieuse expression. Inutile de se creuser la tête inutilement, elle saurait de quoi il parlait le jour venu.

 

La chambre des murmures
La chambre des murmures, Dean Koontz
L’Archipel Suspense, 2019
Traduction : Sebastian Danchin

Présentation éditeur :

Jane Hawk face à la confrérie secrète

« Il n’est plus temps d’attendre… »
Tels sont les mots qui résonnent dans l’esprit de Cora Gundersun, une enseignante appréciée de tous, au matin du « grand jour ». Juste avant qu’elle commette un attentat-suicide au volant de son 4×4 bourré de jerrycans d’essence.
« Accomplis la mission qui t’incombe… »
L’effroyable contenu du journal intime de Cora corrobore l’hypothèse de la démence. Lorsque de nouveaux cas surviennent, Jane Hawk, inspectrice du FBI en disponibilité, comprend que chaque seconde compte. À jamais marquée par le deuil de son mari, un marine qui s’est mystérieusement donné la mort, elle sait qu’elle n’a plus rien à perdre.
« … et tu seras célèbre et adulée ! »
Sa traque va conduire Jane sur la piste d’une confrérie secrète dont les membres se croient au-dessus des lois. Une quête de justice à la mesure de sa soif de vengeance…

***
Merci à Mylène des éditions de l’Archipel pour cet envoi

Mon avis sur le premier volet, Dark Web ici

***

Dark Web avait été mon tout premier Dean Koontz, dans un genre différent de ce qu’il avait l’habitude d’écrire, si je ne me trompe pas. J’avais, à ma grande surprise beaucoup aimé le côté film d’action. Avec La chambre des murmures, j’étais ravie de retrouver Jane Hawk pour la suite de ses aventures.

Jouons au crime dans la tête.

La chambre des murmures est la suite immédiate de Dark Web. On retrouve Jane qui continue sa traque, plus motivée que jamais à mettre fin aux activités d’une confrérie qui prend le contrôle des personnes via une injection qui modifie leur cerveau, irrémédiablement. Dès lors les personnes obéissent, ne réfléchissent plus, ne sont plus jamais les mêmes. Vidées de ce qu’elles étaient avant, elles deviennent tels des robots au service des membres de la confrérie, jusqu’au suicide quand cela est nécessaire.

Vous n’entendez pas tous ces murmures qui s’échappent de la chambre secrète, Jane ? Rassurez-vous, ce sera bientôt le cas.

C’est le cas de Cora Gundersun, une enseignante qui a une très bonne réputation dans la ville où elle réside. Jusqu’au jour où, conduisant son 4×4, rempli de bidons d’essence, elle commet le pire, un attentat-suicide. Qu’est-il arrivé à Cora ? Que veut-elle dire quand, dans ses cahiers, elle évoque l’araignée dans sa tête ? La folie tisse sa toile, doucement, calmement. La confrérie prend le contrôle à distance.

Parfois la nuit, je me réveille en sursaut et je sens la présence dans ma tête d’une araignée…

Comme dans Dark Web, j’ai remarqué que l’auteur aimait jouer avec les humeurs du ciel et la météo. A chaque chapitre, il y a une description du ciel qui change. De tempête en orage, de couchers de soleil aux nuages, ces représentations donnent le ton et apportent encore, à mon sens de la dynamique et du relief au récit.

Tandis qu’elle grignotait le sandwich derrière son volant, trois éclairs rapprochés déchirèrent le ciel en éclairant brièvement les arbres, les immeubles et les voitures avant qu’un coup de tonnerre fasse trembler le sol avec la puissance d’un séisme. Une pluie battante s’abattit sur le paysage urbain avec une violence tropicale, isolant brusquement Jane du reste du monde dans l’habitacle du Ford noyé sous le déluge.

Une nouvelle fois, Dean Koontz a su m’emporter d’action en action, de rebondissement en rebondissement, de révélation en révélation alors que ce genre de livre n’est pas vraiment mon genre de prédilection. Je me laisse prendre au jeu avec cet auteur, je tourne les pages, enchaîne les chapitres. Le suspense est là, la tension aussi. La manipulation des « robots » par la confrérie est fascinante autant qu’elle fait froid dans le dos. Ce côté anticipation, science-fiction dont je ne suis pas grande fan d’ordinaire me plaît beaucoup dans cette série « Jane Hawk ». Il me tarde d’en lire la suite !

La folie est devenue la norme, de nos jours.

En bref, La chambre des murmures m’a fait passer un excellent moment. Les pages et les actions ont défilé sans que je m’en rende compte. Du très bon thriller d’action, très divertissant !

2 commentaires sur « La chambre des murmures – Dean Koontz »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s