Le Monde de Christina – Christina Baker Kline

Certains croquis d’Andy sont des esquisses hâtives, un schéma du tableau à venir – ébauche d’une silhouette, herbes poussant dans un sens puis dans l’autre, crayonnages géométriques de la maison et de la grange.

Le monde de christina 1

Le Monde de Christina, Christina Baker Kline, Belfond, collection Le Cercle, 2018

Présentation éditeur :

Après l’immense succès du Train des orphelins, Christina Baker Kline recrée l’histoire de l’une des muses les plus célèbres, et les plus mystérieuses, de la peinture américaine du XX e siècle. Un roman fascinant et plein de tendresse sur l’amitié, le regard de l’autre et la force de l’art.
Du monde, Christina Olson n’a rien vu. Paralysée depuis l’enfance, elle vit recluse dans la ferme familiale, perchée sur une falaise du Maine. Sa seule ouverture sur l’extérieur : une pièce remplie de coquillages et de trésors rapportés des mers du Sud par ses ancêtres, farouches marins épris d’aventures, et dont les histoires nourrissent ses rêves d’ailleurs. L’arrivée de nouveaux voisins, la pétillante Betsy et son fiancé, le jeune peintre Andrew Wyeth, va bouleverser le quotidien de cette femme solitaire. Alors qu’une amitié naît entre elle et le couple, Christina s’interroge : pourra-t-elle jamais accéder à la demande d’Andrew de devenir son modèle ? Comment accepter de voir son corps brisé devenir l’objet d’étude d’un artiste, d’un homme ? L’art est le reflet de l’âme. Et sur la toile, Christina redoute de voir apparaître ses failles, et celle qu’elle aurait tant désiré être…

***
Roman lu dans le cadre du Book Club du Cercle Belfond du 23 novembre 2018.

J’en profite pour vous annoncer que vous risquez de voir de nombreux titres de cette collection du Cercle Belfond par ici en 2019 : je suis lectrice VIP 2019 !

***

Christina Olson souffre d’une maladie dégénérative. Qui la paralyse. Elle vit avec son frère Al dans la ferme familiale. Avec le temps, ils se sont installés dans une routine assez triste. Mais un jour, de nouveaux voisins arrivent. Betsy est pétillante, dynamique. Elle apporte de la lumière et de la vie dans le quotidien de Christina. Quant au fiancé de Betsy, Andy, il séduit tout de suite Christina. Il est lui aussi handicapé, et il peint. Christina se sent tout de suite à l’aise en sa présence. Et Christina, et son environnement inspirent le jeune peintre. C’est le début d’une grande série de tableaux peints par Andy Wyeth, dont le fameux Monde de Christina.

Christina Baker Kline alterne les passages de l’enfance et de la jeunesse de Christina avec les moments après la rencontre avec Andy. On voit Christina évoluer au fil du temps. Et sa maladie dégénérer. Se mouvoir est de plus en plus difficile. Ses relations avec les autres gens de son âge ne sont pas évidentes. La différence éloigne.

La douleur m’est devenue familière, une simple partie de moi avec laquelle je vis, comme mes cils pâles et ma peau laiteuse.

Mais Christina a un caractère très fort. Elle refuse d’être aider. Ses parents l’ont retirée de l’école assez tôt afin qu’elle puisse aider à la maison et à la ferme. Sa grand-mère, à l’inverse croit en elle, et lui donne beaucoup d’amour. Elle est la première force de Christina selon moi, durant son enfance. Sa deuxième force c’est son frère Al lui est indispensable. Il n’y a qu’à lui qu’elle demande de l’aide. Et elle a du mal à accepter qu’il sorte vivre une vie d’homme normal.

Tu es aussi têtue qu’un Maine coon, Christina Olson.

Pour autant, c’est véritablement sa relation avec Andy Wyeth qui révèle Christina. Ce peintre, handicapé comme elle, la voit telle qu’elle est. Il ne la juge pas. Il est son ami, et il lui apporte de l’originalité dans sa routine, et surtout un nouveau regard sur elle-même. Ce qui n’est pas facile à accepter au début. Se voir sur une toile, à travers les yeux et l’art de quelqu’un d’autre.

De la solitude, de la souffrance. Beaucoup. Toujours. Tout en silence et en discrétion. S’accepter. Ne rien devoir à personne. Telle est la vie de Christina. Elle est une battante.

La plupart du temps, désormais, la maison est calme. J’en suis venue à considérer le silence comme une autre forme de bruit.

Malgré toute la force de ce récit, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dedans. C’est assez lent, et la vie de Christina n’est pas tellement trépidante. Cependant, tout devient plus captivant quand l’auteure nous raconte sa jeunesse et son histoire d’amour avec un jeune homme. Elle dévoile une autre partie d’elle-même, elle s’épanouit. On la sent heureuse. Cette relation de plusieurs étés donne un souffle de fraîcheur à l’histoire de Christina.

Moi ici, lui là-bas, reliés par le ciel.

Avant d’ouvrir ce livre, je ne connaissais pas Christina Olson, ni Andrew Wyeth. Suite à cette lecture, j’ai fait des recherches pour mieux visualiser, pour mieux comprendre. Le tableau dont il est question et qui donne son nom au roman est celui-ci :

Résultat de recherche d'images pour "le monde de christina"

Le Monde de Christina est un roman très intéressant sur la relation entre Christina Olson et le peintre Andy Wyeth. De manière romancée, Christina Baker Kline explore la personnalité de la muse du peintre. Un monde de solitude et de souffrance tout en silence et en discrétion. Et en courage.

Résultat de recherche d'images pour "le monde de christina"

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s