Swimming Pool, Sarah Crossan

Je me demande si j’en serais capable,
De tout abandonner comme ça,

De respirer une dernière fois,
Au lieu d’aller et de venir
Avec une pierre dans l’estomac.

Swimming Pool

Swimming Pool, Sarah Crossan
Rageot, 2018
traduction de Clémentine Beauvais

Résumé éditeur :

Kasienka est polonaise
et elle vient d’arriver
en Angleterre avec sa mère.
Mais la vie ici n’a rien d’une vie rêvée.
Heureusement, il y a la piscine,
il y a l’eau. Et dans l’équipe de natation,
il y a William…

***

J’avais tellement aimé Inséparables alors je n’ai pas hésité quand j’ai vu Swimming Pool sur les étagères de la médiathèque. (Retrouvez mon avis sur Inséparables ici). Cette manière d’écrire en vers m’attire beaucoup. Le sujet abordé dans ce deuxième roman traduit par Clémentine Beauvais est complètement différent.

Kasienka est polonaise. Elle quitte la Pologne avec sa mère pour rejoindre l’Angleterre. Sa mère n’est pas partie sans but. Elle veut rejoindre le père de Kasienka. Mais celui-ci n’a pas seulement quitté la Pologne. Il a quitté sa famille. Elles ne connaissent que la ville où il habite désormais.

Kasienka est collégienne. L’intégration est difficile. Ce n’est pas facile quand on vient d’un autre pays. Les autres filles se moquent de sa coiffure. De ses tenues vestimentaires. Elle ne comprend pas, mais elle encaisse.

Aujourd’hui on m’a dit
Que j’ai pas le bon sac.
Aujourd’hui on m’a dit
Qu’il a l’air ridicule.
[…]
Je voudrais tellement savoir
Ce qui ne va pas.
Je suis au désespoir.
Je ne comprends pas.

Alors pour s’évader, Kasienka nage. Elle est même une très bonne nageuse. Mais surtout, à la piscine, il y a William. Lui ne voit pas Kasienka de la même manière que les autres. Il est la bouffée d’air de la jeune fille.

Quand il sourit, c’est comme si devant moi
Une torche s’enflammait,
Eclairant le monde, même ses plus noirs recoins,
Et je ne peux tout simplement pas concevoir
Que tout le monde ne soit pas amoureux de lui.

Il n’est déjà pas facile d’être une adolescente. Encore moins sans doute, quand on est la nouvelle, étrangère de surcroît, dans un collège où l’on ne parle pas la langue. Où on est différent.

Les enfants marron
Jouent avec les enfants blancs.
Les enfants noirs
Jouent avec les enfants marron.
Ils se courent après,
Mains en l’air, comme des bois de cerfs.
Et hurlent et se bousculent.

Je ne suis pas la bienvenue dans leurs jeux.
Pourquoi ? Je suis trop blanche.

Personne n’aime le trop-blanc.
Ce blanc de l’Est, ce blanc de glace,
Ce blanc des hivers polonais,
Ce blanc de la peau des vampires.

Marron, ça va – enfin en général.
Mais pas trop-blanc. Ça ne passe pas.

Tout en sensibilité et en poésie, Sarah Crossan aborde les thèmes de l’immigration, de l’intégration dans une nouvelle société, de la différence, du harcèlement scolaire, de l’adolescence et aussi de l’amitié, de la famille et de l’amour. Mais plus que tout, elle nous parle de la force d’être soi-même, de ne jamais laisser tomber, de se battre. Parce qu’avant d’être étrangère, Kasienka est Kasienka. Et Kasienka est une battante. Elle n’abandonne jamais.

Je préfère manger toute seule toute l’année
Que de pisser sur un terrain de tennis.
Je préfère manger toute seule le reste de ma vie
Que d’obéir à Clair et ses lubies.

C’est ce que je me dis.

Ce deuxième roman m’a moins touchée que le premier, sans doute parce qu’il contient moins d’émotions, ou du moins les émotions ne sont pas de la même nature. Mais j’apprécie toujours autant la manière de Sarah Crossan de traiter des sujets difficiles. Sa poésie est douce, poignante mais surtout très juste. Sans jugement, elle raconte. Et on se laisse entraîner par ses paroles qui s’enchaînent dans de courts poèmes merveilleusement bien traduits par Clémentine Beauvais.

Swimming Pool est une bulle de douceur, dans laquelle vous vous laisserez emporter par la beauté des mots de Sarah Crossan. Ce récit poétique et sensible est un véritable message d’espoir. Vous flotterez délicatement au-dessus de cette tendre et à la fois difficile histoire qu’est celle de Kasienka.

CVT_Swimming-Pool_7152

2 commentaires sur « Swimming Pool, Sarah Crossan »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s