Etrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage – L.C. Tyler

Il y a une différence majeure entre la fiction et la vraie vie. La fiction doit être crédible.

Etrange suicide

Etrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage, L.C. Tyler, Sonatine, 2012

Résumé éditeur :

Ethelred Tressider écrit des romans policiers sous trois noms différents. Et, ces temps-ci, il a trois fois plus de problèmes que n’importe qui. Avec l’inspiration d’abord, qui commence à lui faire sérieusement défaut, avec son agent littéraire ensuite, l’encombrante Elsie, qui n’aime ni la littérature ni les écrivains, avec son ex-femme enfin, Géraldine, qui vient de disparaître mystérieusement. Lorsque le corps de celle-ci est retrouvé près de chez lui et que la police évoque la piste d’un tueur en série, l’infatigable Elsie pousse notre brave romancier à exploiter d’hypothétiques talents de détective pour résoudre cette étrange affaire qui, elle en est convaincue, saura lui rendre l’inspiration. Mais y a-t-il vraiment un tueur en série ? Et si oui, est-ce vraiment lui qui a tué Géraldine ?

***

Ce livre traînait dans ma PAL depuis un moment, je l’avais trouvé dans un vide-grenier, le titre a attiré mon attention. C’était en plus un roman édité chez Sonatine, alors je me suis laissée tenter.

Nous sommes assez loin des thrillers présentés habituellement chez Sonatine. Ici, le personnage principal, Ethelred Tressider, est un écrivain qui écrit sous trois pseudonymes des livres de genre différent : des romans policiers, des romans historiques et même des romans à l’eau de rose. Mais il n’est pas vraiment un auteur à succès. Et surtout il manque cruellement d’inspiration. L’histoire commence quand la police frappe à sa porte pour lui annoncer la disparition de Geraldine, son ex-épouse. Il est alors en compagnie de son agent, la farfelue Elsie, et les questions et informations données par la police ne tombent pas dans l’oreille d’une sourde. Elsie se prend alors pour un détective et pousse Ethelred à mener l’enquête.

Les premières pages de ce roman mettent tout de suite dans l’ambiance. Avec ce livre, nous n’allons pas avoir peur, nous n’allons pas non plus nous tordre les méninges. D’emblée, le ton est donné, l’humour sera de mise. Et effectivement, les situations sont souvent très loufoques. Le personnage d’Elsie est assez déjanté. Elle est très impulsive, n’hésite pas à se mêler de ce qui ne la regarde pas, ni à déranger les gens à n’importe quelle heure. Elle parle comme elle pense, sans peser ses mots, et c’est assez grisant.

Parce que tu n’en es pas capable, espèce d’idiot, je lui répondais. C’est vrai, on est obligé d’être cruel pour être gentil, parfois, non ?

Concernant le dénouement, il ne vous étonnera pas vraiment. même s’il laisse libre cours à l’imagination. Pour ma part, j’avais compris dès le départ quasiment. Mais ce que je retiens, c’est la construction du roman qui est assez originale. Les chapitres alternent entre Ethelred, Elsie, et des passages du roman qu’essaie d’écrire Ethelred. Les polices de caractères choisies changent avec les narrateurs.

S’il y a bien une chose qui me tape sur le système, c’est de commencer un nouveau chapitre et de m’apercevoir que ce con de narrateur a changé.  Choisir une autre police de caractère ne fait qu’aggraver les choses, comme si l’auteur (cet abruti) pensait que le lecteur ne verrait pas qu’il s’agit de quelqu’un d’autre sans tout souligner à double trait et passer en Optima corps dix ou je ne sais quoi.

La lecture de ce roman est quand même assez divertissante et finalement, c’est peut-être tout ce que le titre promettait. Mais je viens de voir qu’il existe une suite, alors je vais peut-être me laisser tenter pour savoir ce que deviennent nos personnages. Parce que, selon moi, le plus intéressant dans ce roman n’est pas l’histoire en elle-même mais plutôt les personnages. Ils sont l’essence de ce polar-comédie et complètement à l’opposé de ce dont on a l’habitude de lire.

En résumé, Etrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage est un polar complètement loufoque à l’humour so british, et qui vous fera passer un bon moment, mais ne vous restera peut-être pas en mémoire très longtemps.

couv etrange suicide

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s