Le jour où Maman m’a présenté Shakespeare – Julien Aranda

Avec Maman, on a placé le lit en dessous de la fenêtre pour nous endormir parce que, comme elle dit souvent en souriant et en montrant le ciel du doigt pour se redonner du baume au cœur: Tant que la lumière des étoiles perce l’océan d’obscurité, c’est qu’il existe encore des chaloupes d’espoir auxquelles se raccrocher.

le-jour-oc3b9-maman.jpg

Le jour où Maman m’a présenté Shakespeare, Julien Aranda, Eyrolles, 2018

Résumé éditeur :

Quand on a 10 ans, une mère amoureuse de Shakespeare mais pas de papa, et que l’on s’attend à voir débarquer les huissiers d’un jour à l’autre, la vie n’est pas simple. Elle, comédienne de théâtre passionnée, fascine son fils qui découvre le monde et ses paradoxes avec toute la poésie de l’enfance. Avec leur voisine Sabrina, caissière de son état, et les comédiens Max, Lulu et Rita, ils forment une famille de cœur, aussi prompte à se fâcher qu’à se réconcilier.

Mais, un jour, la réalité des choses rattrape la joyeuse équipe. Et le petit garçon est séparé de sa mère. Comment, dès lors, avancer vers ses rêves ? En comprenant que, peut-être, l’essentiel n’est pas l’objectif, mais le chemin parcouru … Sur fond de crise des subprimes, Julien Aranda nous raconte la trajectoire enchantée d’une troupe de théâtre inoubliable.

***

Merci aux éditions Eyrolles pour cet envoi.

***

Pour être tout à fait honnête, j’ai ouvert ce livre sans grande conviction. Le titre à rallonge me rappelait Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano, un livre que je n’avais pas du tout aimé. Je n’avais pas adhéré au mélange roman/développement personnel.

L’histoire nous est contée à la première personne par un garçon d’une dizaine d’années qui vit seul avec sa mère. Celle-ci est comédienne de théâtre et a souvent du mal à joindre les deux bouts. Mais elle voit toujours la vie du bon côté et élève son fils dans la joie et la bonne humeur. Elle organise des répétitions dans son jardin, avec sa troupe. La voisine est caissière, elle connaît tous les codes-barres par cœur et termine toutes ses phrases par « bip bip ». Notre jeune narrateur grandit dans un univers extravagant, rempli d’amour et de bienveillance.

Ce qui était agréable chez Michel, c’est qu’il était comme Maman et que chaque fois qu’il parlait de sa vie, il n’y avait jamais de problèmes mais que des solutions.
— La vie, s’exclamait-il devant les clients amusés, il faut la dévorer sinon c’est elle qui nous dévore!

Le style de ce livre peut dans un premier temps déstabiliser, mais on s’habitue et on se retrouve dans la tête de cet enfant qui vit entouré d’une bande de joyeux lurons. Certaines scènes apparaissent complètement loufoques. Les mots sont souvent drôles, mais aussi souvent touchants puisque tout est raconté du point de vue de cet enfant, qui interprète les choses comme il le peut. Ainsi, il nous parle notamment de Paul Emploi ou des forces du désordre. Vous penserez que c’est parfois candide ou simplet, mais finalement, vous comprendrez que tout cela est bien plus profond qu’il n’y paraît.

C’est le manque d’amour qui rend les gens en colère?
— Oui, a-t-elle répondu avec un air mélancolique, la colère, c’est quand l’amour s’est trompé de chemin.

Julien Aranda, avec sa plume originale ne manque pas d’imagination pour nous questionner sur le bonheur. Un bon travail, bien payé, est-il synonyme d’une vie heureuse ? Ou bien exercer sa passion, entouré de personnes qu’on aime et qui nous aiment n’est-il pas essentiel ?

Le génie n’a pas besoin d’artifices contrairement à la médiocrité.

Le narrateur et sa maman vivent simplement. Ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais ils sont heureux parce qu’ils sont ensemble. Ils profitent de la vie, de leurs amies. La mère du narrateur aime son fils, et Shakespeare, plus que tout, et elle l’entraîne à sa suite.  Quand des soucis se profilent à l’horizon, elle philosophe, expose les bons côtés du problème plutôt que de s’apitoyer sur son sort. Sa manière de voir les choses est plus qu’optimiste, et cela fait un bien fou à lire.

Dans ce petit roman, à chaque chapitre, il se dégage de l’amour, de l’amitié, de la bonne humeur, de la bienveillance. On a nous aussi envie de se dire que nos problèmes ne dureront pas, que la colère n’est souvent pas légitime. Il faut savoir se poser et prendre la vie du bon côté si l’on veut être heureux.

Au final, tu es le seul qui ait entendu battre mon cœur de l’intérieur, a-t-elle déclaré la voix chargée d’émotion.

Le jour où maman m’a présenté Shakespeare est un livre qui sous des apparences gentillettes de comédie burlesque, cache un roman bien plus profond. C’est le livre de la vie, avec ses difficultés, ses moments drôles et tristes mais c’est surtout le livre qui nous rappelle que bien souvent un problème a une solution. Une très belle lecture que je vous recommande sans hésiter.

couv le jour ou

 

 

Un commentaire sur « Le jour où Maman m’a présenté Shakespeare – Julien Aranda »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s