Prodiges et Miracles, Joe Meno

Tu commences à saisir ce qu’aimer quelque chose veut dire. Parce que quand on aime quelque chose, il faut être prêt à renoncer à tout le reste.

prodiges et miracles 2

Prodiges et Miracles, Joe Meno, Agullo, 2018

Résumé éditeur :

1995, Mount Holly, une ville de l’Indiana qui se meurt. Jim Falls, vétéran de la guerre de Corée, s’efforce tant bien que mal d’élever son petit-fils métis, Quentin, un ado de 16 ans taciturne qui oublie son mal-être en sniffant de la colle. La mère de Quentin est une junkie paumée qui apparaît et disparaît au gré de ses démêlés avec des petits copains violents, son père, un inconnu. L’élevage familial de poulets ne rapporte plus grand-chose, les dettes s’accumulent, l’avenir est sombre. Jusqu’au jour où une magnifique jument blanche taillée pour la course est livrée à la ferme suite à une erreur : c’est l’espoir qui renaît chez le vieil homme.
Mais l’animal attise les convoitises et deux frangins accros au crystal-meth parviennent à s’en emparer en pleine nuit. Jim et Quentin se lancent alors sur leurs traces à travers le midwest pour tenter de récupérer la bête merveilleuse avant qu’elle ne soit vendue. Au cours de cette folle poursuite, grand-père et petit-fils traversent une Amérique rurale oubliée, où drogue et violence semblent être les seuls horizons d’une jeunesse sans repères que la vieillesse ne comprend plus. Et pourtant, grâce à l’amour que chacun porte au cheval miraculeux, l’aïeul et le garçon trouveront le chemin d’une rédemption mutuelle.
Joe Meno, au sommet de son art, offre un magnifique roman noir dont les dialogues laconiques ponctuent la poésie douloureuse des paysages, de la lumière sur les plaines et de la fabuleuse beauté de la jument.

***

Coup de cœur

 

Merci aux éditions Agullo pour cet envoi.

***

Dans l’Indiana, en 1995. Un ranch, des poulets. Et surtout un grand-père et son petit-fils. Une vie simple. De la complicité. De l’amour. Une routine quotidienne. Des repères. Du respect.

Un jour, surgit de nulle part, une jument blanche. Magnifique. Dans son van argenté. Un don du Ciel. Un miracle. Un nouveau point en commun pour Jim et Quentin. Une nouvelle raison d’être ensemble.

Un peu plus tard, le garçon le rejoignit au niveau de la clôture. Le cheval fusa devant eux. Le grand-père eut à nouveau le pressentiment que leurs vies étaient sur le point de changer.

Une nuit. Deux frères font irruption. Et s’emparent de la jument. Violemment. Dans leur fuite, le grand-père est sérieusement blessé. Mais qu’à cela ne tienne, avec Quentin, ils montent dans leur pick-up et traquent les voleurs. La jument leur appartient. Elle n’est pas là depuis longtemps, mais elle a donné un nouveau sens à leur vie. Alors ils prennent la route, pour un road-trip qui ne fera que renforcer leur complicité. Inséparables. Chacun étant le protecteur de l’autre. Et un but commun : retrouver cette merveilleuse jument.

(…) ce n’est pas grave d’avoir peur. Avoir peur, ça veut dire que t’es intelligent. Avoir peur, c’est ce qui te maintient en vie. On ne peut rien contre la peur. Mais avoir la peur au ventre en permanence, ce n’est pas une vie.

J’ai pris mon temps pour lire Prodiges et Miracles, pour en absorber chaque mot, chaque phrase. M’en imprégner. J’ai plongé dans l’univers de Joe Meno dès les premières lignes. Je l’ai savouré. Tout est beau dans ce roman noir. Les mots de Joe Meno sont touchants. Les personnages ont tous une personnalité profonde, tous sensibles à leur manière. Les dialogues sont authentiques, les descriptions poétiques.

La nuit à nouveau ; la lune d’un soir plus ronde que la veille, étincelante figurine de porcelaine, babiole sur le manteau d’une cheminée sans nuage.

Dans la noirceur et la violence, Joe Meno fait poindre la douceur et la lumière. Et l’amour. L’amour profond et sincère. Celui qu’on n’a pas choisi mais qui s’impose naturellement. L’amour inconditionnel et intuitif. Celui qui se donne sans réfléchir et sans rien attendre en retour. La relation entre Jim et Quentin est profondément touchante. Tellement de respect, d’instinct de protection. C’est beau. C’est sublime.

Pendant un moment, le grand-père se laissa aller contre le garçon. Quelque chose – une sorte de pacte immémorial, une sorte d’affinité – illumina leurs visages un instant, et puis, aussi vite qu’elle était apparue, la lueur s’évanouit.

Prodiges et Miracles, un roman noir dans lequel la lumière perce avec poésie et authenticité. Une merveille à découvrir de toute urgence.

Merci aux éditions Agullo de m’avoir proposé cette lecture et permis de faire une superbe découverte. #coupdecoeur

Prodiges et miracles

 

 

 

 

2 commentaires sur « Prodiges et Miracles, Joe Meno »

Répondre à ellemlire Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s