Hortense, Jacques Expert

Le palier était plongé dans le noir. Lorsque j’ai entrevu sa silhouette dans la pénombre, il était trop tard. J’ai voulu refermer la porte mais il m’a repoussée violemment. Le cadre qui trônait dans l’entrée, avec le portrait d’Hortense, s’est fracassé au sol, en m’entaillant le pied. En luttant pour l’empêcher d’entrer, j’ai glissé et des morceaux de verre se sont plantés dans mon mollet et mon pied droits.

Hortense 3

Hortense, Jacques Expert, Sonatine, 2016 puis Le livre de poche, 2017

Résumé éditeur :

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille, Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Son ex-compagnon est un homme violent, auquel elle refuse le droit de visite. Un jour, il fait irruption chez elle et lui enlève Hortense.
2015 : Sophie mène une vie morne, solitaire. Un dimanche pluvieux, elle se fait bousculer par une jeune femme dans la rue. Persuadée qu’il s’agit d’Hortense, elle la suit. Sans rien lui dévoiler, elle sympathise avec elle. La relation qui se noue alors est pleine de mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et cette jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le paraît ?
Une intrigue fascinante et haletante, inspirée d’un fait divers.

***

Je voulais lire Jacques Expert depuis quelque temps, je ne savais pas avec quel titre commencer alors j’ai choisi, un peu au hasard Hortense.

Dès le départ, j’ai aimé le style de l’auteur, les chapitres brefs, alternant entre les procès-verbaux et le récit. J’ai eu beaucoup de peine pour le personnage de Sophie, cette mère à qui on a enlevé, arraché son enfant. Plus le récit avançait, plus je ressentais son désarroi. Quand elle a reconnu sa fille dans cette jeune femme qui l’a bousculée, je me suis dit que c’était vraiment incroyable, voire peu plausible comme situation, mais j’attendais de connaître la suite. J’ai stressé avec Sophie, mais j’ai aussi été agacée dans ses accès de colère, ou quand elle reculait dans ses idées. Je me suis aussi demandée pourquoi Hortense voulait se lier d’amitié avec cette pauvre femme si torturée et solitaire.

Puis, au fil du récit, Sophie, la sage, m’est apparue comme un personnage pitoyable, finalement tellement centré sur lui-même. J’avais envie de connaître la fin. Jacques Expert parvient à maintenir le suspense, en dispersant des détails par-ci par-là, des détails qui peuvent paraître insignifiants pendant la lecture, tant on tourne et tourne les pages pour savoir le fin mot de cette histoire.

Et justement, la fin, CETTE fin on en parle ? Je ne vais pas spoiler, mais vraiment ? C’est une blague cette fin si ouverte, sans aucune explication pour mettre le lecteur dans la bonne direction ? Cette lecture était si addictive jusqu’à ces dernières pages… J’ai été si déçue, perplexe, tout ne me paraît pas cohérent, je ne sais qu’en penser… Cela dit, je pense quand même retenter avec un autre titre de Jacques Expert, si vous avez des suggestions, je suis preneuse. Parce que j’ai quand même aimé son style, la psychologie fine des personnages…

Il me narguait, avec un sourire de satisfaction. Puis il a dit à voix basse, en caressant les boucles dorées d’Hortense :  » Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. Elle ne saura jamais que sa mère existe. Rassure-toi : je n’ai pas l’intention de mourir avec elle Au contraire, nous allons vivre. C’est ma fille. Tu as voulu la garder pour toi seule, me rayer de sa vie. Désormais, c’est toi qui n’existeras plus pour elle. Là où nous allons, tu ne nous retrouveras jamais. »

Hortense

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s