Tyrannie, Richard Malka

L’avènement d’un homme nouveau passait par l’éducation et il était important d’endoctriner dès le plus jeune âge. La journée devait commencer par un chant à la gloire de la « sublime doctrine » qui allait conquérir le monde.

Tyrannie 2

Tyrannie, Richard Malka, Editions Grasset, 2018

Résumé éditeur :

Aux portes de l’Occident, un dictateur opprime son peuple au nom de la transparence et de la pureté. Dans cette prison à ciel ouvert, les enfants ont le visage masqué et les citoyens récitent en masse un petit livre dont l’idéologie venimeuse contamine peu à peu le monde…
À Paris, dans une salle d’audience scrutée par la presse internationale, un homme, évadé de ce pays de cauchemar et seul rescapé d’un massacre, tente de justifier son crime politique. Saura-t-il réveiller les consciences ?
Son avocat, un grand plaideur ombrageux, ambigu, sensuel, doit accomplir l’impossible : obtenir l’acquittement d’un meurtrier qui revendique son acte.
À ses côtés, la nuit, le jour, une réfugiée politique irrésistible à laquelle il se lie de passion trouble : qui manipule qui ?
Journalistes, témoins, psychiatres, juges ou avocats, c’est notre temps qui se joue dans ce procès du siècle, avec ses mensonges, ses secrets et ses grâces inattendues…
Rappelant 1984 de George Orwell et Douze hommes en colère, entre utopie politique, roman d’amour et thriller judiciaire, Tyrannie est un premier roman comme la scène littéraire française n’en offre pas.

***

On ne parle pas beaucoup de Tyrannie dans les médias et sur les réseaux sociaux.  Il s’agit du premier roman de l’avocat Richard Malka, auteur dont on connait plus ses scénarios de bandes-dessinées. J’ai choisi ce livre lors de la dernière masse critique de Babelio, et pourtant ce n’est pas le genre de romans vers lequel je me dirige en général mais là, le résumé éditeur m’intriguait énormément : cela me semblait très intéressant et original.

N’étant pas spécialiste des domaines judiciaire et politique, j’ai trouvé un peu laborieux les premières pages. Il m’a fallu un peu de temps, et quelques pauses pour assimiler les notions. Une fois tout en ordre dans ma tête, j’ai pu m’investir à fond dans cette lecture. : Richard Malka nous entraîne dans les coulisses et sur la scène d’un procès, qui quelque soit le verdict, restera dans l’histoire.

L’auteur a imaginé une dictature, le pays d’Aztracie (du nom de son initiateur Isidore Aztri) dans laquelle il n’y a plus aucune liberté au nom de la pureté et de la transparence. Entre les pages concernant le procès, il nous emmène près du tyran, parfois dans son intimité, pour remonter aux origines de cette folie idéale dont il est le créateur.

Pendant le procès l’avocat de la défense va vivre une histoire d’amour intense avec une jeune femme qui tente de fuir cet enfer. Cette femme est-elle là par hasard ?

J’ai adoré la partie des plaidoyers, autant celui de la défense, que celui  de l’accusation ou de l’avocate générale.  J’ai eu l’impression d’assister, assise sur un banc du tribunal de Paris à ce procès historique. Je me suis imaginée à la place du jury, je ne sais pas quelle décision j’aurais prise à leur place.

Je ne vous spoilerai pas la fin, je peux juste vous dire qu’elle m’a complètement retournée. J’ai refermé ce livre hier, mais il m’a fallu attendre quelques heures pour mettre des mots sur cette lecture. La plume de Richard Malka est remarquable, son style très travaillé, rien n’est laissé au hasard. Chaque détail a son importance. Un livre qui interroge sur l’Humanité, ses dérives, et ses folies. Je ne pensais pas aimer autant ce livre, c’est un véritable coup de coeur pour moi. Une lecture que je ne suis pas près d’oublier et que je vous recommande vivement.

Je remercie les éditions Grasset et Babelio pour cette découverte. Il est certain que je suivrai les prochaines publications de Richard Malka avec intérêt.

 » je n’avais plus aucune volonté. Engagé sur le chemin de la trahison de soi-même, il importe peu d’aller toujours plus loin. Je pouvais bien assumer le service après-vente du pire puisque je l’avais commis.

Tyrannie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s