D’ombre et de silence, Karine Giebel

Mes larmes ont séché, mon sac est de plus en plus lourd. Quelques lampadaires tentent d’éclairer ma fuite. Le froid me rappelle que je suis vivante et que je ne veux pas mourir.

D’ombre et de silence, Karine Giebel, Belfond, 2017

Résumé éditeur :

Écrire une nouvelle, c’est tenter, en quelques lignes, de donner vie à un personnage, de faire passer au lecteur autant d’émotions qu’en plusieurs centaines de pages.
C’est en cela que la nouvelle est un genre littéraire exigeant, difficile et passionnant. »
Karine Giebel
« Partir sans lui dire au revoir.
Parce que je me sens incapable d’affronter ses larmes ou de retenir les miennes.
L’abandonner à son sort.
Parce que je n’ai plus le choix.
(…)
Je m’appelle Aleyna, j’ai dix-sept ans.
Aleyna, ça veut dire éclat de lumière.
(…)
J’ai souvent détesté ma vie.
Je n’ai rien construit, à part un cimetière pour mes rêves.
Là au moins, on ne pourra pas me les voler. »

Si les romans de Karine Giebel sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, celle-ci excelle depuis quelques années dans un genre tout aussi exigeant : la nouvelle, où elle condense en quelques pages seulement toute la force de ses romans. D’OMBRE ET DE SILENCE réunit neuf textes, dont certains sont inédits et d’autres restés jusqu’à aujourd’hui très confidentiels. Voici l’occasion de la (re)découvrir intensément, grâce à ce recueil de nouvelles noires, humaines, engagées…

***

Je ne suis pas une lectrice coutumière de nouvelles, mais si c’est Karine Giebel l’auteure, alors je peux me lancer les yeux fermés ! Je suis une fan inconditionnelle de cette auteure depuis que j’ai lu Meurtres pour rédemption il y a plusieurs années. Elle a une façon d’écrire qui transmet tellement d’angoisse, de peur, d’horreur à en retourner les tripes ! Mais toujours avec un style subtil.

Ce recueil est vraiment dans la veine des autres livres de Karine Giebel. On y retrouve la noirceur, l’angoisse, la violence, la peur, jusqu’à l’horreur.  L’auteure, même s’il s’agit de courts écrits, sait faire monter la tension.

Mention spéciale pour Ce que les blessures laissent au fond des yeux, L’intérieur et Aurore, qui m’ont particulièrement touchées.

En résumé, chacune des neuf nouvelles est du grand Karine Giebel en quelques pages ! Comme à son habitude, elle parvient à mettre le lecteur mal à l’aise. Quel talent !

Merci  aux éditions Belfond et à Netgalley pour l’envoi de cet ebook.

 

Un commentaire sur « D’ombre et de silence, Karine Giebel »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s