En Marche vers la mort, Gerald Seymour

_ C’est une mission qui exige de toi un dévouement absolu.

(…)

_ C’est une mission qui exige de toi une obéissance totale aux instructions qui te seront données. En es-tu capable ?

En marche vers la mort,  Gerald Seymour, Sonatine, 2017

(titre original : The Walking dead, 2007)

Résumé éditeur :

Un terroriste surnommé Le Scorpion, dont il n’existe aucune photo, recrute dans le désert d’Arabie saoudite un jeune étudiant en médecine radicalisé, Ibrahim Hussein, pour l’envoyer en Europe mourir en martyr. Tout est prêt pour faciliter sa mission, depuis l’ingénieur en charge des explosifs jusqu’aux imams convertis au djihadisme, en passant par une cellule clandestine qui l’attend sur place.

En Angleterre, David Banks est un officier chargé de neutraliser la menace grandissante qui pèse sur Londres. Au fil des années, ses certitudes se sont peu à peu érodées. La fréquentation quotidienne des milieux radicaux et le témoignage d’un de ses aïeuls, qui a choisi d’aller combattre sur le front pendant la guerre civile espagnole, ont peu à peu brouillé chez lui les frontières du bien et du mal, de la résistance et du terrorisme.
Alors qu’inexorablement Ibrahim se rapproche de sa cible et de son destin de martyr, David est peut-être le seul à pouvoir l’arrêter et à l’amener à s’interroger sur son destin.

Qu’est-ce qui conduit un homme à risquer sa vie pour un idéal ? Entre le bien et le mal, tout est-il si tranché ? Jamais manichéen, Gerald Seymour nous offre ici un roman sur le terrorisme, mais aussi sur le cynisme contemporain, l’Histoire, la mémoire et la transmission. Rarement on aura vu un sujet d’une actualité aussi brûlante incarné avec autant de recul et d’humanité.

***

Je viens de terminer la lecture d’En marche vers la mort, livre que j’ai reçu dans le cadre de la la Masse Critique sur le site Babelio et je suis un peu perplexe.

Je m’explique :
La quatrième de couverture m’a interpellée. le sujet traité est tellement actuel, même si la version originale de ce livre a déjà une dizaine d’années.
Je me suis donc lancée avec « enthousiasme » dans cette lecture. Mais les cent premières pages ont été laborieuses.
De nombreux personnages, beaucoup de détails, de descriptions, mais surtout une construction assez déroutante. L’auteur passe d’un personnage à l’autre sans aucune transition, juste en changeant de paragraphes. On retrouve donc une multitude de personnages, de faits, d’actions à chaque très long chapitre. J’ai été obligée à plusieurs reprises de revenir en arrière pour bien comprendre où j’en étais.
Cependant, une fois la construction adoptée, j’ai plongé dans l’intrique, j’ai aimé cette avancée vers l’inévitable, la frontière si mince entre le bien et le mal décrite par Gerald Seymour, qui ne place pas ses personnages dans deux colonnes « les méchants » et « les gentils ». Cette plongée dans les cellules de l’anti-terrorisme – organisation, manipulation, réaction, action… – m’a intéressée.

Au final, mon avis est mitigé : je trouve dommage et je ne comprends pas le choix de cette mise en page qui enlève de la fluidité à la lecture. Sonatine m’avait habituée à mieux. Toutefois, ce livre reste à mes yeux, quand même, un bon thriller. Merci à Sonatine pour cet envoi.

 

Un commentaire sur « En Marche vers la mort, Gerald Seymour »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s